Jean-Marc FELZENSZWALBE

Sur les pastels de Jean-Marc Felzenszwalbe

 

Dans la peinture des primitifs italiens, le fond doré qui se trouve en arrière-plan des scènes représentées désigne la divinité qui englobe tout et préside à la destinée humaine en tant que juge souverain. Mais au fur et à mesure des siècles, ce fond doré recule, s’amenuise, s’éloigne. Les voies de la naissance et de la mort, les gestes de la vie quotidienne, les relations et émotions humaines investissent de plus en plus cet espace et sa perspective. Ce mouvement culminera à la Renaissance dans les oeuvres bien connues qui ornent encore les églises et désormais les musées.

 

A des siècles de distance, les pastels de Jean-Marc Felzenszwalbe racontent une histoire qui se déroule à première vue en sens inverse: celle d’un artiste dont l’oeuvre, initialement influencée par le constructivisme russe, s’est progressivement affranchie des figures, des formes et de la perspective. Jean-Marc Felzenszwalbe a petit à petit dépouillé ses tableaux et réduit l’utilisation du trait à sa plus simple expression. Une limite, un bord, une séparation.

 

Pourtant la disparition de la forme n’est pas vraiment un retour au fond doré de ces primitifs italiens. Dans ces pastels, les couleurs nous interpellent par leur sensualité, leur intensité, leur versatilité. Impressions de tessiture, de moire, d’abîme créées par la rencontre du geste artistique et d’un matériau friable, fragile, subtil… Ces pigments résonnent avec les différentes lumières du jour.

 

En les voyant pour la première fois, je me suis remémoré une très belle série d’installations de l’artiste américain James Turrell. Cela avait eu lieu en 2015 à Houghton Hall dans le Norfolk. Dans son oeuvre Turrell utilise la lumière et la projette sur des surfaces pour susciter une émotion, une sensation, une résonance chez le spectateur. La perception de la lumière, même dans un monochrome, évolue, s’amplifie, se contracte, a du rythme et du volume. J’ai trouvé dans ces pastels la même tentative qui place par le jeu d’une technique différente et de ses effets Jean-Marc Felzenszwalbe à l’avant-garde.(…)

 

Texte extrait de l’avant-propos au catalogue de l’exposition Jean-Marc FELZENSZWALBE, Pastels et Collages des années 1990, organisée à Rome en avril 2018.

<

XENITHIA - NOMADE

Accueil     Artistes     Évènements     Publications     Contact         FR I  EN 

© 2018 Xenithia-Nomade srls. Toutes les images des oeuvres sur ce site sont la propriété intellectuelle des artistes.                                                               Abonnez-vous à notre newsletter

Accueil     Artistes     Évènements     Publications     Contact         FR I EN